[controle.bq_presses.afficher]

Fabien Deglise, Le Devoir, 14 novembre 2013

Si loin et pourtant si proche. À l’ère de la dématérialisation à tout crin de la musique et de la création, le compositeur britanno-colombien Stefan Smulovitz a décidé de pousser ce concept dans ses derniers retranchements. Comment? En mettant au monde un système de direction d’orchestre pour concerts d’improvisation structurée avec particularité: le chef d’orchestre n’a plus besoin d’être physiquement dans la salle pour mener à bien sa direction de musiciens.

Baptisé Mad Scientist Machine, ce logiciel transmet les indications du maestro aux interprètes par l’entremise de lumières LED placées devant eux. Le tout est activable à distance, avec une présence visuelle du chef d’orchestre assurée sur un écran géant en passant par l’outil de communication Skype.

… le chef d’orchestre n’a plus besoin d’être physiquement dans la salle pour mener à bien sa direction de musiciens.