Le champs des possibles

Patrick Verret, Quartier Libre, no 10,4, 9 octobre 2002

«Bien sûr, la guitare est très connue, que ce soit dans la pop, le Blues où le jazz, mais nous cherchons à présenter une nouvelle vision de la guitare électrique», explique Tim Brady, compositeur, guitariste et directeur de l’événement. Chaque artiste apporte son point de vue sur l’instrument, I’originalité et la qualité de jeu qui lui est propre. ~Avec GuitaRévolution, dit Tim Brady, on crée un environnement propice à l’exploration de tous les champs possibles de l’instrument tout en formant un lien avec le pub1ic et les artistes. «C’est ainsi qu’on entend successivement, entre autres, un concerto pour guitare electrique, échantillonneur et ensemble de 15 musiciens; un trio de guitare préparée; le duo Heïkalo/Bull de Halifax, accompagné de Bernard Falaise et Pierre Labbé; le trio de guitare Kappa et le quintette de René Lussier et Eugene Chadbourne, bref, autant d’approches musicales que de musiciens.

Autre première mondiale au programme de cette série Évolution et non la moindre: le quintette Lussier/Chadbourne. Le compositeur et guitariste québécois René Lussier et le guitariste américain Eugene Chadbourne, lui aussi compositeur et improvisateur, seront ensemble pour une deuxième fois en sol québécois, aprés une performance mémorable au Festival international de musique actuelle de Victoriaville. Cette fois ci, c’est sous la forme d’un quintene totalement inédit qu’ils se produiront. Des musiciens venant d’univers musicaux différents sont au rendez-vous. Lori Fdedman, clarinetiste de formation classique, habituée des circuits de musique contemporaine et invitée régulière de plusieurs formations de musique actuelle, soul~lera dans ses tuyaux en compagnie de musiciens venant plutôt du milieu des musiques traditionnelles. Claude Mathé violoneux autodidacte et membre fondateur de la formation Réve du Diable et du groupe Entourloupe, se consacre à la musique follklorique québécoise depuis plus de vingt ans. Le guitariste Pierre Lavoie, le moins connu du groupe, joue à revivifier la tradition depuis quelques années avec René Lussier, qu’il a rencontré dans son voisinage entre les Bois-Francs et les Cantons de l’Est. Malgré cette réunlon d’eléments disparates René Lussier n’a aucune crainte quant au résultat de son spectacle. «On réunit des musiciens intelligents, dotés d’une grande capacité d’adaptation. De plus, I’improvisation est présente dans la musique traditionnelle. Tous ces musiciens ont déjà intégré des éléments d’improvisation à un moment dans leur musique et ce ne sera nouveau pour personne, si ce n’est pour Lori, de jouer en compagnie de musiciens issus de cette tradition.»Les musiciens se rencontreront donc pour la première fois deux jours avant le concert, pour nous concocter un moment musical mémorable. Airs folkloriques, reels irlandais, ragtime, bluegrass et rigodon québécois sont donc au programme de cene rencontre inédite, le tout dosé de virtuosité et d’humour espiègle.