Les Aboiteaux (2021)

Commande: Productions SuperMusique avec l’aide du Programme d’aide aux commandes d’œuvres de la Fondation SOCAN

Notes de programme

«Nous sommes des êtres de passage, des nomades continuellement sur la route. Nous défrichons à mesure nos propres chemins qui sont souvent tortueux, fragiles, improbables comme des ponts de glace, des sentiers battus, des passages à vide, des ravages, des abattures.»

Toute œuvre d’art pose une énigme et c’est ainsi qu’on la reconnaît. L’art soumet une question, pas une réponse.

Mes œuvres surgissent de manière inexplicable: des questions posées aux oreilles. J’avance à tâtons dans un chemin inconnu pour réaliser, au bout du voyage, que j’emprunte toujours le même sentier. Chemin faisant, en désespoir de cause, je finis par accepter mes premières «naïves» esquisses, surpris chaque fois de réaliser que je n’avais qu’à accepter humblement ce qui sourdait de moi et garder confiance que ce maigre filon allait me mener quelque part.

Pour Les Aboiteaux, un thème de 12 sons s’est imposé et je n’ai voulu utiliser que cette série pour générer une vingtaine de chorals de 2 à 9 voix et trois danses.

Le mot «aboiteau» s’est imposé au sortir d’un rêve. Ce n’est pas sa référence à l’hydraulique qui m’a inspiré, car j’ai déjà touché à ces notions dans Canot-camping et Résistances, deux de mes compositions précédentes, mais plutôt le souvenir de ce maigre sentier qui se glisse entre le fleuve et la terre de Saint-André de Kamouraska à La Pocatière. J’ai pensé aux chemins improbables que nous empruntons, à la précarité de notre passage sur terre, à notre évanescence.

[v-21]