Danse de l’enfant esseulée (1999)

support stéréo

Commande: Réseaux des arts médiatiques

Notes de programme

À M. Bertrand

La forme s’élabore autour de l’idée de l’arrêt du temps et plus précisément autour de la suspension. Ces états suspensifs sont de deux ordres. Celui du «je perds pied», donc la chute, le manque d’air, l’engouffrement dans une matière indéfinie. Celui encore d’un arrêt momentané sur un son, aussi bien trève chargée de tension que points de suspension, non conclusifs.

Danse de l’enfant esseulée a été réalisée en 1999 au studio de la compositrice et a été créée le 17 février 1999 lors d’un concert solo dans le cadre de la série de concerts Rien à voir (5) présentée par Réseaux à Montréal. Cette pièce est une commande de Réseaux des arts médiatiques avec l’aide du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Merci à Réseaux pour la persistance et la qualité de ses concerts. Danse de l’enfant esseulée a été finaliste au concours international de musique électroacoustique Musica Nova 2001 (Prague, République tchèque), et au 1er Concurso Internacional de Creación Electroacústica Ciber@RT (Valencia, Espagne, 1999).