Critique

Alex, Mes enceintes font défaut, May 20, 2019

Présentant pour la première fois son œuvre pluridisciplinaire Les Lucioles, l’ensemble Joker de Joane Hétu a offert une performance atypique dans la programmation des dernières années du FIMAV. Outre la performance musicale d’une vingtaine d’improvisatrices et improvisateurs surtout à la voix, Les Lucioles comportait également des costumes, des moments de danse contemporaine et du dialogue. Le résultat fut étonnant et surprenamment plus sombre musicalement que ce à quoi les têtes dirigeantes d’Ambiances Magnétiques nous ont habitués. Étant récemment tombé en amour avec les aspects plus psychotroniques de l’œuvre de Stockhausen, je ne pus m’empêcher de remarquer certains parallèles entre l’œuvre du compositeur allemand et les passages pour flûte, dialogues théâtraux, danse et musique électronique de Joker! Malgré certains aspects narratifs qui m’ont paru confus ou fastidieux, j’ai grandement apprécié la performance vocale de ce large groupe d’artistes montréalais ainsi que la place laissée à la relève musicale locale dont Maya Kuroki et Gabriel Dharmoo, deux interprètes qui se distinguent beaucoup ces temps-ci au sein de divers ensembles.

… j’ai grandement apprécié la performance vocale de ce large groupe d’artistes montréalais ainsi que la place laissée à la relève musicale locale…