Expérience et sang neuf…

Alain Brunet, La Presse, October 29, 2003

Huit programmes étalés sur huit soirées, huit lancements de disques, 28 groupes, 89 musiciennes et musiciens. À compter de ce soir 20h30, SuperOption 2 se veut uné série inédite de musique actuelle où se côtoient des artistes confirmés et des artistes émergents de la musique actuelle.

Pour la deuxième année consécutive, les productions SuperMusique et le distributeur de disques DAME, structures associées au milieu montréalais de la musique actuelle, présentent la seconde édition de l’événement. N’allez pas conclure au déploiement d’un univers monolithique: musique improvisée, instrumentale et électronique, chansons nouvelles, rock alternatif nouvelles -musiques d’ensemble, explorations vocales et bruitistes seront ainsi mis en relief.

«Il y a une douzaine d’années, Diane (Labrosse) Joane (Hétu) et moi avions produit Tohu-Bohu, le premier de quelques grands événements produits par SuperMusique. Depuis nos débuts, en fait, nous avons toujours poussé la diffusion des autres, pour faire profiter la communauté d’ici. Nous sommes devenues diffuseurs sans nous en rendre compte. Ça fera 25 ans l’an prochain que nous nous appliquons à diffuser la musique actuelle, et cela ne nous a jamais arrêtées de composer et de jouer», explique fièrement Danielle Palardy Roger, qui revient à peine d’Europe — la percussionniste a tourné avec ses compagnes, cette fois sous la bannière des Poules.

Ce soir, donc, les bruitistes Martin Tétreault (de Montréal) et Otomo Yoshihide (de Tokyo, il est le plus reconnu du réseau japonais des musiques expérimentales) ont d’ores et déjà présenté un projet de duo en Europe ce printemps, ce qui les a menés à l’enregistrement d’un disque. Feront partie du même prograrnme le; duo minimaliste formé de Francis Arsenault et James Schidlwsky. Ces nouveaux éléments de notre musique actuelle font partie de Sang 9, un disque compilation réalisé en 2002 par Joane Hétu.

«Sang 9 explique sa collègue Danielle Palardy Roger, c’est quand méme une grosse partie du SuperOption. I1 y a deux ans, Joane avait fait un appel d’œuvres, une vingtaine de projets ont été proposés. C’est vraimnent spécial de découvrir cette génération qui s’inscrit dans la même lignée de la musique actuelle d’ici, de Conventum, les Granules, Justine, etc. Pour nous c’est une victoire que de sentir qu’il y a ume descendance trés vigoureuse», s’exclame Danielle Palardy Roger.

Demain, la pianiste Marilyn Lerner (originaire de Winnipeg, elle réside désormais à Toronto) et Ken Gregory (aussi de Winnipeg), qui préconisent un travail varié avec le matériel électronique, redéfiniront ensemble le vocabulaire du piano en en explorant les qualités spatiales. De Sang 9, on aura aussi droit à la poésie transdisciplinaire de André Marceau ainsi qu’au répertoire contemporain de l’Hexacorde.

Le mercredi 5 novembre prochain, les jeux de textures du violoniste Guido Del Fabbro (un des jeunes plus prometteurs selon Danielle Palardy Roger) seront suivis du tandem formé par le batteur Pierre Tanguay et le multi-instrumentiste (flûtes vielle à roue, guimbarde, etc.) Pierre Langevin (Québec), un duo où la musique actuelle rencontre la musique ancienne. De Sang 9, on a prévu la performance Hiatus, laboratoire libre de création classique actuelle.

Le jeudi 6 novembre les improvisations «multi phoniques» du saxophoniste parisien Bertrand Denzler et du clarinettiste-saxophoniste biennois Hans Koch seront partagées par celles des Montréalais Jean Derome et Joane Hétu. De la partie Sang9 au programnme, on découvrira alors l’«espace sonore électroacoustique en direct», de Cléo PalacIo-Quintin et Pascal Boudreault.

Le vendredi 7 novembre, on assistera à un concert exclusivement constitué de Sang 9: solo de fréquences industrielles avec Copromélomanie, cocktail d’ambiances sonores radicales avec Arborisationterminale, jonction de l’ambient et de l’actuel avec Jocelyn «Doctor» Tellier, trames hypnotiques et pulsionnelles avec In Vitro, musique actuelle de facture plus rock avec Concorde Crash.

Le mercredi 12 novembre, le jeune guitariste Antoine Berthiaume fera état d’un bagage impressionnant pour son jeune âge—collaborations et apprentissages avec Derek Bailey, Fred Frith, Dave Binney, etc. Il sera suivi de l’Ensemble Pierre Labbé, un saxophoniste qui tend à fusionner jazz d’avant-garde, musiques classique et contemporaine. La partie Sang9 de la soirée comprendra la performance acoustique et électronique en direct de Pascal DesJardins et Frédéric Léonard.

Le jeudi 13 novembre, le programme exclusivement formé des «globules», de Sang9 fera se succéder le guitariste «acoustico-progressif» Mathieu Nadon, la texturale Mélanie Auclair, l’approche musicale et poétique de Bobok, le jazz contemporain Malarafe, le jazz groove «conceptuel» de Torngat.

Le vendredi 14 novembre, le très pétillant Orchestre De Danse (ODD) n’a qu’un seul objectif: faire danser les gens sur des musiques improvisées. Le volet Sang 9 de la soirée inclut les canevas théâtromusicaux de Tutu Combo ainsi que le le drum’n’bass électro-world des Fighting Koalas.