[controle.bq_presses.afficher]

Alain Brunet, La Presse, October 25, 2000

Le SuperMicMac, cette vaste célébration des musiciennes innovatrices canadiennes, démarre aujourd’hui avec un concert hommage La Bolduc, figure populaire par excellence de la musique populaire québécoise. Un choix parfaitement justifié pour inaugurer cette série de concerts qui s’échelonnent jusqu’au dinanche 12 novembre.

Au cours du siècle dernier, au fait, quelle autre artiste québécoise de la musique populaire a ainsi fait l’unanimité?

«La super-mémé par excellence», tranche Diane Labrosse, instigatrice de ce concert hommage présenté ce soir et demain au Musé d’art contemporain. A la tête d’un aréopage de compositrices dites «sérieuses», elle a mis en œuvre une évocation de celle qui domina 16 chanson québécoise de 1927 à 1941.

«La Bolduc, fait observer la musicienne, allait chercher beaucoup de monde mais elle était boudée par l’intelligentsia. Elle chantait comme le monde ordinaire, et le monde ordinaire s’identifiait à elle. Et ses disques se vendaient à une vitesse folle. A la porte de chez Archambault, ça faisait la queue sur un coin de rue lorsque ses disques étaient mis en vente. Une personne devenue célèbre très trés vite auprès des gens ordinaires. Parce qu’elle chantait comme eux. Parce qu’elle leur parlait directement. De leurs vrais problèmes, de leur vécu.»

Sept compositrices canadiennes et québécoises, issues des écoles contemporaine ou actuelle, ont été présenties pour mener à bien le proiet de Diane Labrosse.

«Il s’agissait de partir d’une chanson de La Bolduc et faire autre chose, ce qu’elles avaient envie de faire. C’était assez libre, en somme, mais il ne fallait pas composer à sa manière. Il fallait plutôt s’en inspirer et créer autre chose.»

Ainsi, Les Maringouins ont piqué Lee Pui Ming, Finfin Bigaouette a eu le même effet sur Allison Cameron, Toujours L’R-IOO (inspiré du fameux dirigeable qui avait ébloui le Québec au début du siècle précédent) a fait flyer Joane Hétu, Le Sauvage du Nord s’est transformé en Kit pour Kit du côté de Danielle Palardy Roger, Les Filles de Campagne ont charmé Lori Freedman, Découragez-vous pas a encouragé Diane Labrosse à marcher plus loin dans le pays de Mary Travers, sept variations et thèmes sur La Pitoune ont éte imaginés par Marie Pelletier.

«Ce ne sont pas les sept plus grands succès de La Bolduc, tient à préciser Diane Labrosse. C’est plutôt aléatoire, finalement. Prenez les musiciennes anglophones: elles ne connaissaient pas le travail de La Bolduc, ce fut pour elles toute une découverte.»

La méthodologie de Diane Labrosse a été la suivante: «J’ai écouté l’intégrale de La Bolduc pour ensuite sélectionner des groupes de cinq chansons que j’ai proposés à chacune des musiciennes. Ces dernières en ont gardé une. Je voulais ainsi éviter qu’on se ramasse avec des pièces trop semblables. Évidemment, il ne s’agit pas d’un résuné représentatif de l’œuvre de La Bolduc, encore moins d’une compilation de ses plus grands succès. Nous proposons plutôt un répertoire varié de chansons qui nous ont inspirées.»

Faut-il en déduire que la relecture des chansons de La Bolduc s’est faite dans une totale liberté?

«Certaines compositrices, explique Diane Labrosse, ont pris la chanson au pied de la lettre, d’autres ont emprunté d’autres chemins. Par exemple, la pièce d’Allison Cameron est vraiment très loin de Finfin Bigaouette. La composition de Joane Hétu l’est également; elle a pris le prétexte de Toujours l’RIOO pour explorer l’univers des machines volantes en faisant une toute petite place à la mélodie de la chanson.»

Sous la direction de l’altiste Jean René, l’Hommage à La Bolduc sera interprété par l’Ensemble SuperMusique —la percussionniste Fabienne Bélair, la chanteuse Gabrielle Bouthiller, le contrebassiste Pierre Cartier, le multi-instrumentiste Jean Derome, le pianisie Jacques Drouin, la claviériste et échantilonneure Diane Labrosse (instrumentiste au même titre que ses collègues dans ce cadre), le clarinettiste Jean-Denis Levasseur, la violoniste Kristin Molnar, le percussionniste Pierre Tanguay et le guitariste Marc Villemure.

Peut-être quelques légers soubresauts sont à prévoir, mais il est peu probable que La Bolduc se r’vire dans sa tombe.