Collier sélène de la Terre (2021)

Programme notes

Pour sa lecture synthétique de L’Atlas des films de Giotto, Rémy Bélanger de Beauport aborde la création avec une vision: l’ensemble tranche la scène sur sa diagonale et la liturgie du concert peut s’accomplir.

Entre 1969 et 1972, les voyages sur la Lune se multiplient et font rêver à de nouvelles dimensions, rencontres, avancées pour l’humanité. Des astronautes en mission Apollo rapportent sur Terre des échantillons du sol lunaire qui sont ensuite distribués aux quatre coins du globe. Les villes où l’on retrouve ces mystérieux fragments apparaissent dans le livre de Rober Racine. L’auteur en tire une image poétique forte: «Reliées les unes aux autres, elles forment le collier sélène de la Terre.» Le narrateur parcourt ainsi 52 villes, 12 pays, 4 continents, afin de colliger 230 résumés grouillants d’inventivité. Au-delà des histoires, Rémy Bélanger de Beauport plonge l’auditoire dans ce foisonnement.

La pièce Collier sélène de la Terre exécute un travail de relation entre les villes, idées de L’Atlas des films de Giotto. Les musiciennes et musiciens reçoivent des éléments clés d’une vingtaine de scénarios tirés du livre, à utiliser parcimonieusement dans une structure dont les différentes découpes reprennent le souci pour les chiffres de l’auteur… et du compositeur.

[ix-21]