Music for Airports (1978)

Score

Audio recordings

  • Recorded live on Saturday, December 13, 2014 • Ensemble SuperMusique (ESM) (Cléo Palacio-Quintin, flute; Jean Derome, saxophone, flute; Philippe Lauzier, clarinet, saxophone; Craig Pedersen, trumpet; Ida Toninato, baritone saxophone; Joshua Zubot, violin; Bernard Falaise, electric guitar; Alexandre St-Onge, electric bass/electro; Aaron Lumley, double bass; Isaiah Ceccarelli, percussion)

Programme notes

J’étais dans un aéroport très beau, l’aéroport de Cologne, un dimanche matin, la lumière était belle, tout était beau, excepté que la musique était vraiment mauvaise. Je me suis dit que c’était une grave erreur de ne pas avoir pensé à la musique. Ils dépensent des centaines de millions de dollars sur l’architecture, sur tous les aspects entourant ce lieu, excepté la musique.

Alors j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant d’écrire de la musique pour les lieux publics comme les aéroports. Je me suis demandé quelle sorte de musique cela pourrait être.

Pour commencer, ça devrait être une musique qui n’interfère pas avec la communication des humains, donc une musique qui devrait être plus haute ou plus basse que les fréquences de la voix. Aussi, une musique construite à partir de longues séquences qui peuvent être interrompues sans en souffrir, par exemple, par les annonces.

J’ai pensé aussi à l’idée du vol. Quand vous êtes dans l’aéroport ou dans l’avion, souvent la musique entendue est joyeuse, comme pour dire vous n’allez pas mourir, il n’y aura pas d’accident, ne vous inquiétez pas et je me suis dit que c’était vraiment le mauvais chemin.

Ce serait mieux une musique qui dit, bon, si tu meurs ce n’est vraiment pas si grave. J’ai pensé à une musique qui crée le «feeling» d’une autre atmosphère, celui d’être suspendu dans l’univers. Ainsi au lieu d’ignorer le danger, témoigner du fait que vous serez effectivement assis dans l’espace — après tout c’est ce qu’on fait quand on voyage en avion.

[traduction d’un extrait d’entrevue sur YouTube]