Quartetski Does Stravinsky

  • Monday, February 25, 2013
    10:00 pm

Presented by Productions SuperMusique (PSM).

Casa del Popolo
4873, boulevard Saint-Laurent (près de l’angle Saint-Joseph)
métro Laurier + autobus 51 / métro Saint-Laurent + autobus 55
Quartetski revisite à sa manière Le Sacre du printemps d’Igor Stravinski

Quartetski rethinks and interprets the works of major composers, in an improvisational context. While remaining faithful to the creators’ spirits, the group uses their works as sound experiment laboratories. The result is a new chamber music that melds tradition, style and approach in an effort to dig out possibilities, not unlike discovering secret passages leading to strange areas, vast resonant ballrooms, winding corridors…

Programme

  • violin, saxophone, clarinet, electric guitar, percussion and viola da gamba
    • Premier tableau: L’adoration de la terre
      • Introduction
      • Augures printaniers — Danses des adolescentes
      • Jeu du rapt
      • Rondes printanières
      • Jeu des cités rivales
      • Cortège du Sage
      • L’adoration de la Terre (le sage)
      • Danse de la terre
    • Second tableau: Le sacrifice
      • Introduction
      • Cercles mystérieux des adolescentes
      • Glorification de l’élue
      • Évocation des ancêtres
      • Action rituelle des ancêtres
      • Danse sacrale

In the press

Y mettre du chien!

Réjean Beaucage, Sur la zizique, February 28, 2013

Les montréalais de l’ensemble Quartetski étaient très certainement déjà en train de préparer leur propre version [du Sacre du printemps ] à ce moment-là. Après Prokofiev, Satie, John Cage et Tobias Hume (qui semble un peu perdu dans cette liste), voici qu’ils nous offraient lundi dernier dans le cadre des after hours du festival MNM, à la Casa del popolo, leur propre version du Sacre. L’enregistrement du concert est disponible sur le site de Quartetski et, malgré ses défauts techniques, il vaut le détour. Il faudra un bon enregistrement en studio pour pouvoir se laisser transporter complètement par cette vision rafraîchissante de Stravinski, mais le plus important est déjà là, pas de doute. Cette version a du chien, et ça fait du bien!

Cette version a du chien, et ça fait du bien!

Commentaire sur le concert de Quartetski

Berger Rond, February 26, 2013

Je crois sincèrement qu’il s’agissait d’une des plus belles prestations live de musiciens dédiés à une adaptation de Stravinsky, pleine de décalages temporels, celui de la viole de gambe qui a tendance à nous faire remonter à une musique pré-Stravinsky, puis celui de la musique actuelle, de la guitare électrique, de la batterie, de tous les types d’intensité, du saxophone qui donne à la mélodie maître un peu plus de corps qu’au haut-bois et du soupçon d’électro qui laisse imaginer d’autres types d’adaptations.

… il s’agissait d’une des plus belles prestations live de musiciens dédiés à une adaptation de Stravinsky

Le Sacre… pour improvisateurs

Marc Chénard, La Scena Musicale, no. 18:5, February 1, 2013

Si vous ne le savez pas déjà, cette année marque le centenaire de la première du Sacre du Printemps (29 mai au Théâtre des Champs-Élysées de Paris). Des nombreux hommages prévus, un se détachera du lot, en l’occurrence celui de l’ensemble Quartetski au prochain festival Montréal Nouvelles Musiques (MNM). Dirigé par Pierre-Yves Martel (spécialiste en instruments baroques telle la viole de gambe), cet ensemble se distingue par sa manière de conjuguer des répertoires classiques à l’actualité des musiques improvisées. Après avoir «revisité» Prokofiev, Satie, Purcell et Hume, il aborde maintenant son projet le plus ambitieux à jour. Pour son édition précédente, en 2011, le festival avait tendu la perche, mais Martel n’avait rien de concret à offrir. Déléguée par le festival à la programmation d’un volet de musiques créatives, Joane Hétu (voir une critique de son disque dans ce numéro) l’a relancé. Pour Martel, le choix s’imposait de soi: travaillant à partir de la version pour deux pianos et une étude subséquente de la partition orchestrale, il a décidé d’extraire des passages qui serviront comme tremplins à des séquences improvisées ouvertes. Pour cette première, le chef remaniera sa formation, conservant son batteur et son joueur d’anches, mais en remplaçant la trompette par un violon (Josh Zubot) et ajoutant une guitare (Bernard Falaise). Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky (sic)!

Le Sacre n’aura jamais sonné aussi différemment que dans les mains de ce… Quintetsky