Concert

  • Thursday, March 6, 2003
    21h30

Presented by Productions SuperMusique (PSM).

  • In person
Salle Beverley Webster Rolph – Musée d’art contemporain de Montréal
185, rue Sainte-Catherine Ouest
métro Place-des-Arts
Nouvelle musique d’hiver by Joane Hétu

On 6 March 2003, as part of the Montréal/Nouvelles musiques festival, Productions SuperMusique will present a work by Joane Hétu with the Ensemble SuperMusique, Nouvelle musique d’hiver. This concert will be one marking the 30th anniversary of the inception of the Canadian Music Centre in Québec.

Nouvelle musique d’hiver is a work for septet that Joane Hétu composed to blend acoustic and electronic instruments. Over the course of the four movements that make up Nouvelle musique d’hiver, the musicians will launch into improvisation from a conceptual canvas that Hétu created for the composition.

Joane Hétu brings a rock background to musique actuelle, through her work with Wondeur Brass and Justine; in recent years, she has distinguished herself through her explorations of the diminutive and the intimate. Her solo compact disc Seule dans les chants and her association with Jean Derome in Nous perçons les oreilles mark important steps in this process. In Nouvelle musique d’hiver, Hétu amplifies the microscopic aspect of natural sounds and incorporates the results with electronic and pre-recorded sounds that occur sporadically. Abandoning the tonal and melodic aspect of the first part of the Musique d’hiver triptych, in this second part Hétu presents us with an evocation of the sounds of winter through an amalgam of sonorities purged of musical intervention.

One of the most important aspects of musique actuelle is the coexistence of different musical trends, the new balance of power between the composer and the performers, and the participation of the composer as a performer of his or her own works. The freedom of invention that the artists of musique actuelle enjoy places the performers in a different relationship with time and with the performance: faced with a greater range of possibilities, the musicians have to be attentive and ready for every possibility.

Founded in 1979 and directed since by Joane Hétu, Diane Labrosse and Danielle Palardy Roger, PSM is an important player in the deve-lopment of musique actuelle in Canada. The originality of PSM is the fruit of its approach: to produce and present music without regard for profit, for the trends of the day, or for academic conventions, and in doing this to focus attention on the place of women artists in musical research and innovation.

PSM thanks for their support the Conseil des arts et des lettres du Québec, the Montréal Arts Council, the Canada Council for the Arts, The SOCAN Foundation and the Fonds de stabilisation et de consolidation des arts et de la culture du Québec.

In the press

Joane Hétu là

François Couture, Ici Montréal, April 6, 2003

Si Joane Hétu est demeurée plutôt discrète ces derniers temps, c’est que les festivités entourant le 10e anniversaire de sa compagnie de disques DAME l’ont tenue occupée au cours de la saison 2001-2002. Elle revient maintenant en force avec Nouvelle musique d’hiver, une œuvre qui sera présentée lors du premier Festival Montréal/nouvelles musiques. «J’avais envie de présenter une pièce intègrant les instruments acoustiques et électriques, ce qui est une grande caractéristique des musiques actuelles», explique la formidable touche-à-tout. C’est une des raisons pour lesquelles elle a écrit ce nouveau cycle, car Musique d’hiver (l’originale) est de nature très acoustique.

Cette première mouture remonte au début de l’an 2000, moment où elle a été présentée devant public et enregistrée. Évocation de l’hiver québécois en quatre tableaux, Musique d’hiver repose sur un matériel mélodique à tendance minimaliste, appuyé par des éléments bruitistes. Le nouveau cycle conserve la même structure et le même sujet; pour le reste… «C’est exactement l’inverse, souligne Joane Hétu. La base de la pièce tient sur une structure d’intervention à caractère bruitiste à laquelle parfois s’ajoutent des thèmes musicaux, ou plutôt des interventions tonales.»

Pour l’exécution, Joane Hétu s’est tournée vers l’Ensemble SuperMusique, un groupe à géométrie variable composé de membres de l’écurie Productions SuperMusique. «Jamais ma musique n’a été jouée par un grand ensemble!» s’exclame la joviale dame de DAME. Ils seront sept: Martin Tétreault, Lori Freedman, Guillaume Dostaler, Diane Labrosse, Pierre Tanguay, Joane et son conjoint Jean Derome. Mais… ces quatre derniers ne formaient-ils pas déjà le groupe Castor et Compagnie il y a dix ans? «Faut croire que je trouve qu’ils rendent bien ma musique… Je suis de tempérament fidèle. Vingt ans avec le même homme, quinze ans dans la même maison et mon signe chinois est le Chien: rien de plus fidèle!»

L’hiver de force

Marie Claude Mirandette, Le Devoir, February 22, 2003

Nouvelle Musique d’hiver, second volet d’un triptyque en construction, donne suite à Musique d’hiver. Une célébration d’une saison bien québécoise que signe Joane Hétu.

En 2000, SuperMusique présentait Musique d’hiver, une composition pour quintette de Joane Hétu, toute en atmosphère, célébrant l’hiver québécois. Cette année, la compositrice québécoise revient en force avec Nouvelle Musique d’hiver, second Volet d’un triptyque en devenir. Cette fois, Hétu a construit sa composition autour d’un septuor où s’entremêlent la voix, le saxophone alto, le piano, l’accordéon, le synthétiseur, la batterie, les flûtes, les clarinettes mais aussi divers objets dont un tourne-disque et un cd. Au menu, une expérience «bruitiste» mais néanmoins méditative, où les sons acoustiques et électroniques cohabitent le temps de quatre mouvements qui sont autant de tableaux élaborés autour des quatre mois d’hiver, de décembre à mars.

«Cette pièce s’appuie sur un canevas et un concept “compositionnels” [sic] laissant la part belle aux musiciens, qui improvisent afin de créer des textures et des climats sonores, de préciser Hétu. Les musiciens sont au cœur de mon travail de composition. Ils sont plus que de simples interprètes; ils participent véritablement au jaillissement de l’œuure via l’improvisation. Dès l’instant où l’on entre dans le processus de répétition, je deviens une musicienne parmi les autres et c’est à ce titre que je participe alors à la création.»

Œuvre pluridisciplinaire
Afin d’amener un peu plus loin cette idée de collégialité et de pluridisciplinarité, Hétu s’est adjoint le scénographe-éclairagiste Jonas Slowanski ainsi que le concepteur sonore Bernard Grenon. Ainsi, aux musiques et aux textes de la compositrice se greffent des projections visuelles de paysages hivernaux.

«Avec ses boîtes de son, Grenon travaille l’espace afin que la musique l’habite le plus pleinement possible.»

L’hiver risque d’être chaud et haut en couleurs grâce cette production SuperMusique/MNM présentée pour souligner le 30e anniversaire du Centre de musique canadienne du Québec. «À l’origine, on avait pensé reprendre la Musique d’hiver mais dès l’automne dernier, l’envie m’est venue de profiter de l’occasion pour élaborer le second volet du triptyque d’hiver L’idée même à la source du festival, à savoir la présentation d’un mélange, d’une multiplicité de genres, invitait à cela. Le festival MNM est une vitrine élargie qui décloisonne un peu la nouvelle musique en créant un engouement pour celle-ci, une effervescence. Il permet aux musiciens de se positionner dans le monde de la nouvelle musique tout en offrant au mélomane une véritable vue d’ensemble de cet univers éclectique qu’est celui de la musique et de la création actuelles.

«Si je pouvais formuler un souhait, ce serait que les spectateurs assistant à un concert de musique actuelle soit pleinement conscients que les musiciens sont en train de créer l’œuvre in situ et qu’ils assistent à cette naissance.»